Letztes Feedback





 

libre

J' ai choisi Bordeaux à cause de ses environs très admirables. Après être arrivé ici en mois d' août j' ai commencé à découvrir les villes et plages autour de ma ville. Mon premier destin était Arcachon; une ville situé au bord de la mer avec une grande plage et un embarcadère pour les bateaux touristiques venus du Cap Ferret. Nous nous sommes

allongés sur une serviette parce que l' eau de l' Atlantique était déjà très froid et la plupart ne voulait pas se baigner. Puis nous sommes allés en bateau jusqu' au Cap Ferret; il sépare l'océan Atlantique et le bassin d'Arcachon. Un copain m' a montré une très jolie plage où il y avait beaucoup de surfeurs qui ont essayé de trouver une bonne vague.

En mois de septembre nous avons fait une excursion dans les pays-basques avec la mission vie étudiante de Philippe Leicht. On a commencé samedi martin avec une visite de Saint Jean, situé au sud de Bordeaux. Là on avait aussi la possibilité de se baigner mais la mer était encore plus froid; nous nous sommes contentés avec un pique-nique au bord de l' Atlantique. La deuxième étape était un petit village dont j' ai malheureusement oublié le nom. Etant donné que nous nous sommes trouvés dans les pays-basques nous avons aussi gouté la spécialité; les gâteaux basques. En arrivant à Biarritz nous avons remarqué que l' auberge de jeunesse est située à l' extérieure du centre ville et il n' y avait pas la possibilité de visiter Biarritz. Mais quand même nous avons passé une soirée très agréable au bord d' un lac en chantant des chansons typiques de chaque pays. Dimanche nous sommes montés sur la Rhune; une aventure qui ressemblait aux Pyrénées.

Une semaine après notre excursion aux Pays-Baques moi et une copine, nous sommes allées à Toulouse pour visiter la ville qui était mon deuxième choix. Toulouse est à deux heures de Bordeaux; situé au bord de la Garonne. En gros une grande ville très attrayante avec un tour d' eau, un capitole et même une cathédrale.

Au début d' octobre nous sommes allés à Bourg pour y faire des vendages. Philippe a organisé une journée dans les vignobles d' un vigneron. Là nous avons cueilli des raisins, puis nous avons pu regarder les différentes phases de la production du vin.

Quelques semaines après je suis allée à Saint Emilion, un petit village très connu pour son vin. Il faisait encore très chaud et nous nous sommes promenées dans les vignobles avant de faire une dégustation de vin dans un petit magasin dans la rue principale. En profitant du soleil nous nous sommes allongées sur une prairie d' où nous pouvions voire tout le village.

Mon dernier voyage était à Biarritz, une ville au bord de la mer très connue par les surfeurs. Malheureusement nous avons choisi un jour très pluvieux et venteux. Après notre trajet en train nous avons pris le bus jusqu' au centre ville; en même temps un orage a commencé. En attendant son fin nous nous sommes informés dans l' office de tourisme pour savoir les horaires du bus. Donc nous avons vu le rocher de la vierge, le bord de la mer avec des vagues très grandes et dangereuses, une église et même un musée du chocolat où nous avons fait des dessins sur un tableau.

La semaine prochaine nous avons envisagé de visiter Périgueux une ville à peu près d' une heure de Bordeaux qui est très connue pour sa cathédrale Saint Front.

Mais il existe aussi la possibilité de faire la connaissance de Bordeaux à vélo car il y a beaucoup de pistes cyclables autour de la ville. Au centre ville il faut qu' on soit très prudente pour ne pas avoir un accident.

Donc, tout le monde se plaigne de la bureaucratie allemande qui est vraiment très compliquée mais pas comparable à celle de la France qui se fonde sur des milliers de formulaires. Je n'ai jamais eu autant de problèmes bureaucratiques qu' ici. Cela a déjà commencé avec mon enregistrement au CROUS et l' ouverture d' un compte banquaire. Mais j' ai appris deux choses très importantes en France. Premièrement il faut juste demander aux Français qui sont très serviables et ils essaient de trouver une solution individuelle. Ensuite les Français aiment le mot « NON ». J' ai demandé par exemple de changer mon contrat pédagogique à cause d' un malentendu du côté de mon université d'origine. La première réponse: « Non, cela n' est pas possible. C' est un contrat que vous avez signé. » Mais après quelques discussions avec différentes professeurs ils ont changé leur avis et j' aurai pu choisir un autre module. Soyez confiants!

1 Kommentar 14.12.09 23:58, kommentieren

Werbung


Ma rentrée à l'université

Le jeudi après mon arrivée à Bordeaux tous les Erasmus ont eu un jour d' orientation avec Philippe et la mission vie étudiante, les coordinateurs Erasmus Vincent Praloran, un autre professeur chinois et d' autres personnes très importantes. Trois étudiants Erasmus de l'année avant nous ont parlé de son séjour ici, de ses problèmes et comment ils ont fait pour faire la connaissance des étudiants français. Puis les coordinateurs nous ont expliqué la réforme en médecine avec les modules de 11 semaines, dont 8 semaines de stage et 3 semaines de cours,le changement des modalités de nos épreuves en janvier et pour finir ce jour la mission vie étudiante a organisé un barbecue.

Un jour avant j' ai essayé de m' inscrire à l' université avec tous les étudiants du premier semestre. Après avoir attendu une heure dans la pluie je suis allée voir Philippe; en rigolant il m' a expliqué que l' inscription pour les Erasmus est à la fin de septembre. Voici mon problème – le CROUS m' a demandé un justificatif que je suis étudiante. Mais heureusement M. Starck des relation international s' est occupé de mon cas très particulier. J' ai reçu un document confirmant que je suis étudiante à Bordeaux II dans un délai d' un jour à cause d' un manque du contrat pédagogique.

J' ai passé la deuxième semaine au cours de français médical où on a travaillé 5 jours sur presque toutes les matières médicales.

Pour vous montrer la bureaucratie française je vais vous expliquer comment notre inscription s' est passé. Avant de passer chez la dame qui est responsable de l' inscription sur l' ordinateur il faut remplir une feuille, c' est-à-dire une fiche très longue où trop de détails sont demandés. Par exemple la profession de nos parents, la participation dans un club de sport et notre formation dans d' autres matières. Nous sommes allées chez Pedro qui était à la MVE pour qu' il nous puisse aider avec le bouquin expliquant comment on remplit le formulaire. C'était horrible! Après avoir fini cette fiche nous sommes retournées chez la secrétaire mais elle n' avait pas de temps et nous a seulement indiqué de venir plus tard. Oui, c' est normal en France et j' avais besoin de quatre mois pour accepter cette situation insatisfaisante. De retour au bureau à 15 heure il y avait déjà une grande queue d' étudiants Erasmus. En gros j' avais besoin d' un jour pour m' inscrire à Bordeaux, pas comparable à Heidelberg en 2 heures. Mais maintenant la chose la plus importante: Après l' inscription nous n' avons pas eu une carte Aquipass. Il fallait revenir. 3 jours après elle était introuvable, moi malcontente et stressée. Quelques heures plus tard la dame m' a appelé qu' elle a trouvé mon Aquipass et je suis allée la voir pour la quatrième fois. La seule possibilité pour ne pas être trop stressé: laissez-faire, tous va s'arranger un jour!

Avant la réforme les étudiants du quatrième année de médecine étaient en stage pendant la mrtinée et l' après-midi en cours qui ne correspondait pas exactement au stage. Maintenant nous avons 3 semaines de cours et après le stage de 8 semaines dans ces matières. Comme premier module j'ai choisi « Cardiothoracique », cardiologie et pneumologie. Mon stage était en cardiologie mais j' avais aussi la possibilité d' aller au service de pneumologie pour trois semaines. Le cours était à l'université près de l' hôpital Pellegrin. Là nous avons appris à résoudre des cas cliniques concernant le thème du jour. Les étudiants français étaient presque tous préparés et ils ont répondu aux questions des professeurs. Pour moi cette discipline était très étonnante car en Allemagne les étudiants ne sont souvent pas présents, ils font autres choses où partent pendant le cours. C' était aussi « strictement interdit » de manger pendant que le professeur est présent.

Mon deuxième module « Neuropsychosensorielle », Neurologie, Ophthalmologie, ORL, Neurochirurgie, Psychiatrie et Chirurgie maxillo-faciale, était plus intéressant et je me suis un peu préparée pour les cours. Depuis une semaine je suis en stage sur un service de Neurochirurgie et nous avons trois jours par semaine un cours concernant différents thèmes d' ECN et en plus nous allons faire la visite avec deux professeurs qui essayent d' expliquer les techniques de l' examen neurologique; un examen très détaillé et important pour conclurer une localisation de la lésion. En gros je suis super contente avec la formation française mais pour nous étrangers c' est très difficile de s' orienter à l' université et dans le stage. On ne sait souvent pas qui est responsable et en plus nous avons encore des problèmes concernant la langue.

1 Kommentar 14.12.09 23:56, kommentieren

Mes courses et mes stages

Au mois de septembre j' ai commencé le stage de cardiologie à Haut – Lévèque; l'hôpital qui est situé un peu à l' extérieur de Bordeaux. En supposant que le stage commençait à 8.30 heure je me suis dépêchée de quitter la maison très tôt. Pour y arriver la première fois j' ai utilisé mon GPS. Lors de l' arrivée à Pessac j'ai essayé de trouver mon service. Cela s' est avéré un peu difficile, car j' avais oublié le nom de mon chef de service. Mais finalement les infirmières m' ont emmené au troisième étage chez le Prof. Haisseguere qui est le spécialiste de la rhythmologie.

Le premier jour j' ai fait la connaissance de mes co-externes qui étaient tous très sympa et ils m' ont expliqué le déroulement. Après je devais aller au cours de français médicale au centre des langues, situé à la place de la Victoire. C' est-à-dire à 10 km de l' hôpital à vélo.

Donc, la première semaine j' ai appris le vocabulaire médicale dont j' ai besoin pour interroger un patient et comprendre les examens cliniques. Ce qui m' a énervé c' était la nomenclature française qui n' est absolument pas comparable à celle de l' Allemagne – correspondant à la langue latine.

La deuxième semaine j' étais en stage chez Prof. Clémenty qui est le chef du service de « Pacemaker ». On a commencé à 8.30 heure avec une révision d' un thème d' ECN, puis nous sommes allés au service pour aller voir nos patients- Vers 10 heures nous avons fait la visite avec notre interne. Deux fois par semaine nous avons eu un cours d' ECG chez professeur Clémenty. La première fois j' avais vraiment peur de ne pas réussir à m' exprimer dans une langue étrangère, mais il était super gentil avec moi et il m' a aidé à trouver la solution.

De 12.30 à 15 heure on a eu notre pause pour aller mangé et travailler sur les livres de cardiologie. Chaque après-midi nous avons mangé au SELF de Haut-Lévèque et après il nous restait une demi heure de repos pour bavarder.

Les après-midis nous faisions les entrées, c'est-à-dire l' interrogatoire et l' examen clinique des patients qui arrivaient ce jour à l' hôpital.

Au début je suis allée avec un étudiant français pour faire la connaissance du système et des paroles pendant l' examen d' un patient. La plupart des patients était très âgé et ils ont essayé de parler un peu l' Allemand pour me faire plaisir. C' était super gentil et je n' avais jamais l' impression d' être une étrangère.

Après deux semaines en stage je suis allée au cours de cardiologie et pneumologie à l' université, près de l' hôpital Pellegrin. Le premier jour nous avons eu Professeur

Bonnet qui a posé des questions sur la dyslipidémie. Heureusement j' ai entendu par mes collègues français qu'il fallait se préparer bien pour le cours.

Les Français sont très intéressés par apprendre tous les détails d' une maladie et la plupart se prépare pour les cours. C' était très étonnant que personne ne sorte pendant le cours, c' est interdit de manger mais on a le droit de boire quelque chose. Comme en Allemagne il y a deux types de professeurs; les uns mettent leurs diapo sur l' internet pour que tout le monde puisse le regarder; les autres gardent leurs diapo. Mais il y a même des professeurs qui n' avaient pas de diapo et ils ont utilisé le tableau pour les formules et diagnostic très importants.

Après trois semaines de cours nous sommes retournés au service de la rhythmologie; malheureusement je suis tombée malade et je n' ai pas pu finir mon stage à Haut-Lévèque.

A la fin de novembre j' ai commencé avec mon nouveau module « Neuropsychosensorielle »; ce module se compose de six matières très différentes: Neurologie, Neurochirurgie, ORL (Ortho-Rhino-Laryngologie), Opthalmologie, Psychatrie et Chirurgie maxillo-faciale.

Comme étudiant Erasmus on a premièrement le cours de 105 heures et depuis le 7. décembre je suis en stage sur le service de Neurochirurgie chez Professeur Liuguro. L

Lundi nous avons eu une introduction pour tous les étudiants du service avec les infirmières, les internes et nos professeurs, puis on a commencé à étudier l' histoire de nos patients.

Lundi, mercredi et vendredi nous avons le cours de semiologie, radiologie et des révisions d' un thème d' ECN à l' aide d' un cas clinique. Mardi et jeudi nous faisons la visite avec les professeurs qui nous transmettent la connaissance des maladies neurologiques, comme les tumeurs cérébrales et l' hypertension intracranienne. En gros le stage sur le service de neurochirurgie me plaît vraiment et j' ai même la possibilité d' aller dans un bloc opératoire!


1 Kommentar 14.12.09 23:54, kommentieren

Ma vie quotidienne à Bordeaux

Les pyrénés

 

Le premier mois à Bordeaux était super fatigant mais je pense que c' était mon meilleur mois ici. Tous les Erasmus se sont retrouvés un jeudi à la fac pour un après-midi d' accueil et de présentation, suivi d' un barbecue devant la Mission vie étudiant où nous avons rencontré beaucoup d' étudiants de différents pays; c' était super intéressant. Le soir nous avions rendez-vous au Grand-Théâtre et sommes allés au miroir d' eau. C'est une grande place avec un miroir d'eau sur lequel se reflète un grand bâtiment appelé "Place de la Bourse". C'est très joli! Nous nous y retrouvions tous les soirs pour bavarder, boire et regarder la Garonne de nuit.

 

St. Emilion

A Bordeaux il y a beaucoup de cafés très sympathiques des crêperie et des bars. Lors d' une promenade dans le centre ville, on trouve tout ce qu' on peut s'imaginer. Nous aimons bien une crêperie qui se trouve près de la place du parlement qui propose des crêpes délicieuses et pas trop cheres.

Un soir nous sommes allé dans un salon de thé chinois qui s' appelle «Le Namasthé», près de la place du parlement. C' était une soirée tranquille après trop de fêtes d' Erasmus. Nous avons joué aux cartes et la plupart d'entre nous ont bu un boisson nommé "Tschai".

Si on aime bien écouter ou jouer de la musique, on trouve beaucoup de concerts ici à Bordeaux. Il existe un bar «La Dibiterie» qui se trouve près de la place Camille Julian où l' on peut écouter «Live music». Ce sont des amateurs qui jouent dans ce café chaque mercredi soir; le niveau est très élevé.

Sur le site web de Bordeaux on peut trouver aussi des pièces de théâtre, des concerts classiques et même des évènements sportifs.
En tant qu' étudiants Erasmus il y a de nombreuses activités proposées que l' on peut faire pendant la semaine ou le week-end. Il existe un club appelé «Erasmus & Mundus» qui propose des soirées de cuisine, des après-midis de tricot, un petit cercle d'amies qui se réunit pour bavarder devant une tasse de café appelé «Pattati Pattata» et des séances de cinéma.
Si on est plutôt sportif on peut aller nager à la piscine universitaire qui propose des heures de natation libre pour tous les étudiants des universités de Bordeaux.

 

Toulouse - Le tour d'eau

Le week-end on peut visiter les villes autour de Bordeaux comme Biarritz, Bayonne, Toulouse, La Rochelle et Soulac-sur-mer. L' office de tourisme propose aussi des excursions en bus pour visiter les châteaux autour de Bordeaux. Comme étudiant de Bordeaux II on paye seulement 10 euros pour une dégustation de vin et la visite des châteaux. Normalement on visite deux châteaux et on y goûte des vins différents. C' est toujours très intéressant et on fait la connaissance d' étudiants des autres universités.

 



Voici ma semaine type en France: en médecine il y a une réforme cette année et on a maintenant des modules de onze semaines, dont 8 semaine de stage et 3 semaines de cours. Si je suis en stage je sors le soir de l' hôpital et je suis très fatiguée. Pendant le cours on a plus de temps et on peut choisir ses cours préférés.

 

 

Match de rugby (très populair en France)

Mais nous avons tout de même le temps de faire du sport, soit avec l' université, soit individuellement. L' université propose un grand programme des enseignements sportifs différents. J' ai choisi le kayak et le water-polo. En cours de Kayak nous restons à la piscine pendant l'hiver puis partons en excursion pendant l' été. J' y vais avec une copine portugaise et une copine autrichienne qui étudient aussi la médecine dans mon université. Au départ je voulais faire un cours d' Aquagym le jeudi soir mais à l' Université, je n' avais pas réussi à avoir les informations nécessaires, et j' ai donc raté les pré-inscriptions. A cause de cette erreur une copine polonaise et moi, nous avons choisi le water polo. C' est un sport très dur et l' entraineur est strict avec les débutants. Mais le sport me plaît et j' adore la natation. Le lundi j' aime bien jouer au hockey dans un club, mais je ne trouve pas le temps d' y aller.

Pour améliorer notre français, nous avons le cours de français chez monsieur le Mière. Mais le français ne me suffit pas et je voudrais faire un cours d' anglais ici au centre de langues de Bordeaux II. Je pense que cela serait très efficace. Cela permet d' apprendre deux langues en même temps; et si l' on ne comprend pas un terme dans la première, on peut se servir de la seconde.

 

Biarritz

1 Kommentar 28.11.09 13:10, kommentieren

Mon logement

Après avoir obtenu l'adresse de mon logement, nous sommes arrivés à la Résidence Clairefontaine. Elle se compose de trois différents bâtiments: le bâtiment A est situé près de la rue, le bâtiment B dans le jardin et le bâtiment C contient les chambres doubles. J'habite dans le bâtiment B. La concierge m'a montré ma petite chambre de 20 m² avec une cuisine et une salle de bain. J'aime bien avoir une salle de bain pour moi, mais cuisiner est une activité plutôt conviviale et je trouverais cela plus intéressant d'avoir une cuisine avec mes voisins. En Allemagne j'habitais en collocation avec deux garçons et une fille. Nous nous sommes rencontrés à l'université et nous sommes bien entendus. C'était un appartement avec quatre chambres, une douche, des toilettes et une cuisine. La cuisine était notre salle commune et était équipée d'une télévision et d'une console de jeux. Tous les soirs nous nous retrouvions pour regarder la télé, bavarder ou jouer. Le martin nous mangions ensemble avant de partir pour l'université. Cet esprit communautaire me manque ici à Bordeaux. J'ai une chambre pour moi mais je n'ai fait la connaissance de ma voisine qu'hier, après 4 mois en France.

 

 

Ma chambre

J'ai apporté la plupart des choses dont j'ai besoin ici à Bordeaux mais il manque encore certains accessoires. La chambre était meublée avec un lit, une table de salle à manger, un bureau, une étagère et un placard. J'ai une salle de bain avec une douche, un W.C. et un lavabo. Heureusement j'ai apporté presque tous mes ustensiles pour cuisiner. Mais dès le premier jour nous avons remarqué qu'il manque un objet très souvent utilisé en France: un tire-bouchon. Nous avons aussi la possibilité d'ouvrir une bouteille avec un couteau de poche, mais il est plus simple d'utiliser un tire-bouchon.

Lorsque j'étais encore en Allemagne, j'avais pensé a chercher l'adresse d' Ikea. Dans la Résidence, la connexion internet ne marche pas correctement. Mais je vais d'abord vous faire un rapport sur nos achats à Ikéa.
Le deuxième jour à Bordeaux nous nous sommes réveillé tôt le martin pour acheter une baguette aux céréales et prendre un grand petit-déjeuner.
Puis nous sommes allé à IKEA qui se situe à l'extérieur de la ville. Nous y avons acheté des poubelles, des verres et d'autres choses pour la cuisine, un tire-bouchon et même une étagère pour mon imprimante. Il y avait aussi des offres pour les étudiants. Après nous avons fait les courses au Centre Commercial Auchan puis nous sommes rentré vers 17 heures.

 

Lac de Bordeaux

Arrivée à la maison, j'ai essayé d'installer le free-wifi mais cela n'a pas fonctionné. Ce n'est en effet pas grave de vivre sans internet quand on n'en a pas besoin, mais internet n'est pas mon seul souci: il y a un garage à vélos qui est fermé à clé, et pour pouvoir y déposer mon vélo je dois déposer un chèque pour pouvoir obtenir celle-ci. Au début de mon séjour en France je n'avais pas de compte français et je devais donc garer mon vélo devant l'immeuble.
Le mercredi nous avons commencé a monter l'étagère et je me suis installé dans ma chambre.
Mais ce n'était pas encore parfait. Je ne sais pas pourquoi, mais j'entends souvent dire que les chambres françaises n'ont pas de four, ce qui est aussi mon cas. J'aime bien faire du pain mais ici c'est vraiment impossible. Après un mois sans four j'ai acheté une petite micro-onde pour pouvoir cuire des pizza.

Malgré tous les inconvénients, j'aime bien y habiter. La convivialité d'une collocation me manque et j'aimerais bien parler français avec un ou une Français(e). Avec l'aide de la CAF, mon loyer n'est pas trop cher, et j'habite proche de l'hôpital Pellegrin (cinq minutes à vélo, dix minutes à pied) où ont lieu presque tous les cours. De plus, la station François Mitterrand du tramway A n'est pas loin d'ici et il faut quinze minutes pour arriver en centre ville.
J'aime bien faire du jogging un peu en dehors du centre. Ici à Mèrignac nous sommes à dix minutes d'espaces verts où l'on trouve des parcs, des forêts et même un parcours de santé.
Vous pouvez donc constater que je suis contente de mon choix. Naturellement on aurait pu trouver d'autres solutions, mais je n'avais pas eu le temps de chercher une collocation ici. En plus, elles ne sont pas très fréquentes en France. Les étudiants sont divisés en deux groupes, les uns vivent seuls au centre ville ou dans une résidence du CROUS, et les autres avec leurs partenaires.



1 Kommentar 28.11.09 12:57, kommentieren

Mon premier jour à Bordeaux

                                      

Après une nuit de voyage en voiture on est arrivés vers dix heures du martin à Bordeaux. Heureusement mon père avait acheté un GPS avant de partir pour la France. Sans cet ustensile on n' aurait jamais trouvé le chemin jusqu'à rue de Budos pour compléter mon APL. Quelques semaines avant mon départ j'ai reçu la confirmation de ma chambre à la Résidence Clairefontaine. Mais c'était pas si facile comme on peut le croire. J'ai posé ma candidature en mois d'avril au CROUS de Bordeaux. Après n' avoir reçu aucune réponse à la fin de mai j'ai envoyé presque cinq fois le même mail au CROUS pour qu'ils contrôlent ma demande. Après quelques semaines ils m'ont dit qu'ils n' ont pas reçu ma candidature et je dois la reposter immédiatement. J'étais vraiment survoltée mais j'ai recherché tous les documents et j'ai renvoyé la candidature au CROUS. Après quelques jours ils m'ont proposé cette chambre à la Résidence Clairefontaine qui est proche de l'hôpital Pellegrin appelé Tripode.

Malheureusement je suis arrivée un lundi et il y avait plein de monde au Budos. J'ai attendu une heure avant d'entrer dans le bureau des secrétaires. Ce qui m'a énervé c'était les étudiants français qui ont resquillé et je devais faire attention de ne pas être la dernière. C'est un sport français qui est très populaire. Après avoir surmonté cette barrière j'ai rempli tous les formulaires et les secrétaires ont demandé des photos, une fiche d'assurance et d'autres choses que je n'avais pas chez moi. Alors, avant de partir il faut regarder sur l'internet ce qu'ils demandent à l'arrivée. Malheureusement je n'étais pas bien préparée. Mais j'ai quand même reçu l'adresse de ma résidence. Mais il faut être très patiente. La bureaucratie française est un peu plus compliquée que celle de l'Allemagne et le plupart du temps on attend. Ici au sud de la France la vie est plus lente que dans le reste de la France.

Pont de Pierre

 

Alors, j'ai reçu l'adresse de la Résidence et cela a duré 3 heures. J'étais vraiment fatiguée parce qu'on avait conduit toute la nuit. Vers 13 heures on est arrivés à la Résidence Clairefontaine. La maison était vraiment jolie avec des petits jardins et des balcons. J'ai demandé à un jeune français où se trouve la concierge. Je lui ai montré la fiche où la secrétaire m'a marqué le nom. En rigolant il m'a expliqué que ce n'est pas la Résidence Clairefontaine du CROUS. A Bordeaux ils existent plusieurs résidences qui s'appellent Clairefonatine et on doit faire attention à l'adresse. Le rêve d'habiter dans un immeuble avec un jardin s'est brusquement envolé. Alors retour à la voiture et la nouvelle programmation de l'adresse. Vers 15 heures on est arrivés à la Résidence et la concierge m'a montré ma chambre. J'étais si fatiguée que je me suis endormie sur le sol dans mon sac de couchage.


 

 

 Pont de Pierre

Ma pemière impression de Bordeaux était pas si positive qu'elle est maintenant après 3 mois en France. Pour arriver au Bodus on a traversé la Garonne qui est le seul fleuve de cette ville. A cause de la vase on a l'impression qu'elle est sale

 

 

La Garonne

 

Un grand problème à Bordeaux: la circulation! Surtout en été il y a trop de voitures sur les routes. Par conséquent on avançait très lentement et j'avais le temps de regarder les boutiques et maisons qui bordent les rues.

Comme dans chaque ville qui est un peu plus grande que Frankenthal ils existent des quartiers qui sont un peu vieux et sales et d'autres où on trouve plutôt les gens rupins avec des villas et des voitures qui sont garées au garage. Les maisons et les jardins sont bien entretenus.

On est passé devant le stade Chaban-Delmas où les Girondins jouent au foot. Ils ont même gagné un match contre Bayern München, une équipe allemande très connue.

Les Girondins

 

J'ai aussi remarqué que toutes les voitures sont tout cabossées. La plupart des propriétaires ne s'occupe pas de leur voiture. En Allemagne tout le monde est obsédé par sa voiture. Je connais même des jeunes qui lavent leur voiture chaque samedi martin. Cela est un petit peu fou mais il faut quand même faire attention. Ce qui m'a en plus enérvé ce sont les vélomoteurs qui aggravent la situation sur la rue. En somme une situation pas agréable pour tout le monde, principalement le midi et le soir quand la plupart des français a fini son travail.

Mon moyen de transport était super parce que j'ai pu emporter toutes mes choses dont j'ai besoin ici. Mais je ne voulais pas laisser ma voiture en France. A Bordeaux on en a pas besoin et si on veut voyager il y a aussi le train qui n'est pas trop cher avec la carte 12-25.

Avant de partir pour la France il faut peut-être regarder sur l'internet de quelles formulaires on a besoin pour s'inscrire au CROUS. Malgré quelques problèmes mon arrivée à Bordeaux s'est bien passée.

Dune du Pyla

4 Kommentare 25.11.09 13:34, kommentieren

Présentation

 

Salut, je m'appelle Luisa et je suis étudiante en quatrième année de medécine en Allemagne. Ma ville natale est Frankenthal en Palatina. Après avoir réussi mon bac j'ai commencé à étudier à Mannheim une faculté de l'université de Heidelberg.

 

 

Tour de l'eau Mannheim

 

En 2008 j'ai passé mon „Physikum“; c'est la grande épreuve après les deux premières années de médecine; et j'ai commencé à poser ma candidature pour faire une année Erasmus en France.

Ce pays m'a toujours attiré et mon université propose plusieurs villes en France. Alors le choix n'était pas vraiment facile. Finalement j'ai choisi trois villes: Bordeaux, Nice et Montpellier.

Maintenant je suis vraiment heureuse d'habiter dans une ville comme Bordeaux. Pas trop grande et les environs sont super attrayants. Bordeaux est une ville qui bouge. On ne s'ennuie jamais à Bordeaux! C'est une ville qui offre la culture, des bistrots et cafés, des magasins et surtout du sport. Un autre avantage est la mer à proximité, les petits villages et en plus l'Espagne qui n'est pas loin pour visiter par exemple San Sébastian ou Pampelona.

Au début de mon séjour en France j'avais un peu honte que mes connaissances linguistiques ne suffisent pas. En plus je n'ai plus pratiqué la langue après avoir réussi mon bac en 2006. Mais heureusement j'ai commencé au lycée à apprendre le francais et c'était ma première langue étrangère. Plus tard j'ai choisi le Francais comme „Leistungskurs“, c'est-à-dire comme matière approfondi. En tout j'avais 9 ans de francais à l'école. A l'âge de 14 ans j'ai fait un échange scolaire avec des élèves d'Angers. Par conséquent on a fait la connaissance du département Maine-et-Loire à l'ouest de la France. Deux ans après j'étais à Sète pour y passer un cours de francais. Evidemment on a aussi visité les villes autour de Sète comme Montpellier, Avignon et Arles. Ca m'a beaucoup plu et j'y suis retourné un an après pour faire un cours à Montpellier. Là j'ai habité au campus de l'université de Montpellier et on a fait la découverte de la Provence avec ses petites villages et son site naturel.

On voit que j'aime bien voyager et faire la connaissance d'autres personnes et cultures. Avant d'avoir commencé à étudier j'ai joué de la guitare dans un groupe de rock et on a même écrit des chansons. C'était un groupe vraiment exeptionnel avec un violoncelle, deux guitares, une basse et une batterie. Mon frère a joué du violoncelle et il était aussi le chanteur. Metallica était un de nos groupes préférés et on a arrangé quelques chansons pour notre formation, par exemple „The Unforgiven“. Dans les mois d'automne et d'hiver on a donné des concerts et participé aux concours des groupes de rock. A la fin on a enregistré quelques chansons comme souvenir.

Mon groupe de rock

Mais je suis aussi très sportive. J'ai commencé avec basket et badminton. Après avoir subi une opération j'étais obligée de renoncer aux sports où on saute beaucoup. Maintenant j'aime mieux le sport d'hiver comme le ski de fond et les patins à glace mais aussi le jogging et faire du vélo. En mai 2010 je vais participer au MLP-marathon de Mannheim. J'ai déjà couru un demi-marathon et maintenant j'ai envisagé le marathon en 4:30h comme but pour l'année 2010.

Si je ne m'entraine pas j'aime bien lire des romans, danser en boite où sortir avec mes amis. A Bordeaux j'ai decouvert ma passion pour les films francais et la comédie musicale francaise. J'ai regardé „Cléopatre la dernière reine d'Egypte“ et cette pièce m'a beaucoup plu.

En Allemagne j'aime bien regarder le hockey sur glace. Il y a aussi une équipe qui s'appelle „Die Adler Mannheim“. Ils sont connus par tout le monde et là je passe mes week-ends si je travaille pas à l'hopital.

Ma famille se compose de quatre membres, ce sont: moi, mon frère, ma mère et mon père. Malheureusement mon petit frère admire plutôt la langue anglaise et russe. Il est mon petit frère qui a 18 ans mais il est plus grand que moi. En 2010 il va passer son bac en Allemagne et aime bien faire ses études à l'étranger. Pour réaliser ses rêves il a premièrement choisi sa ville et maintenant il est encore en train de réfléchir sur sa matière. Sa destination sera l'Angleterre. Mes parents habitent à Frankenthal comme ma grand-mère et mon grand-père. Mon père est professeur au lycée et il y fait le cours de mathématique d'informatique. Ma mère a travaillé à la BASF, une grande entreprise chimique à Mannheim.


1 Kommentar 22.11.09 21:24, kommentieren